Langue internationale: analytique ou synthétique?

Quelques réflexions sur la grammaire des langues à vocation internationale et leur acquisition. Est-il plus facile d’acquérir une langue fortement analytique (peu de changement de forme des mots, prépositions) ou fortement synthétique (relations grammaticales exprimées à l’intérieur des mots par des changements morphologiques)? Une grammaire meilleure qu’une autre? Est-il possible …

Lire l’article

« La langue affranchie », d’Anne-Marie Beaudoin-Bégin

Anne-Marie Beaudoin-Bégin, linguiste et chargée de cours à l’Université Laval, à Québec, spécialisée en sociolinguistique du français, aussi connue sur les réseaux sociaux sous le nom de L’insolente linguiste. Elle s’est donné pour mission de faire reculer ce qu’elle appelle « l’insécurité linguistique des Québécois », sujet de son premier …

Lire l’article

Regrettée lingua franca

On peut regretter la disparition de la lingua franca méditéranéenne, parfois aussi appelée « langue franque », pidgin à base lexicale romane et, semble-t-il, surtout italienne,  en usage dans le bassin méditerranéen du Moyen-Âge jusqu’au 19e siècle. Peut-être que si elle était toujours en usage, cette langue à la grammaire …

Lire l’article

Un monopole linguistique?

La vidéo du vlogueur Paul de la chaine Langfocus (à recommander) sortie le 1er avril, il y a quelques jours, annonçant (à la blague) l’introduction de l’espéranto comme 25e langue officielle de l’Union européenne, me sert de prétexte à la petite réflexion suivante… Je m’intéresse à la question de la …

Lire l’article

Quelques mots sur les rectifications orthographiques de 1990

Revenons sur une polémique qui a secoué pendant quelque jours en 2016 le monde francophone… les rectifications orthographiques de 1990! La vigueur débat début 2016 en France au sujet de l’introduction de manière uniforme dans les manuels scolaires de l’orthographe recommandée issue des rectifications de 1990 (il y a 26 …

Lire l’article

Bonheur des « petites nations » et régions particularistes?

Les temps modernes sont-ils au bonheur des « petites nations », régions particularistes à l’autonomie plus ou moins développée? À l’heure où les États-nations établis voient leur pouvoir relativisé (mais pas leur pertinence anéantie, comme nous l’avons vu dans le message précédent, et comme nous le verrons d’ailleurs probablement plus …

Lire l’article