Orthographe sans finales muettes: un exemple

Suite à ce message, je publie ici un texte (en l’occurrence la Déclaration universelle des droits de l’Homme – je l’ai choisi parce qu’il était assez long et m’a semblé utiliser un vocabulaire assez varié) en orthographe modifiée, sans lettres finales muettes. Le but était tout principalement de voir combien de liaisons on devrait noter si on alignait l’orthographe sur la grammaire orale. L’orthographe utilisée ici part de la graphie traditionnelle substitue un certain nombre de graphèmes par d’autres, plus simples et réguliers, selon une série de règles, mais surtout, retire toutes les consonnes muettes et la plupart des -e diacritiques (servant à indiquer la prononciation de la consonne précédente), ce qui a pour effet d’aligner l’orthographe grammaticale écrite avec l’oral. L’orthographe n’est donc pas parfaitement phonémique. Cet état de fait a certains avantages, que je compte décrire dans un message ultérieur, dans lequel je décrirai les substitutions effectuées. Les liaisons réalisées ici sont « maximales », toutes celles autorisées ou presque sont notées.

 

Déclaracion universēl dē droi de l’Ome

Préambul

Considéran que la reconēssance de la dignité inhérent à tou lē membre de la famille umēne é de leur droi-z égo é inaliénable constitu le fondemen de la libērté, de la justice é de la pē dan le monde.

Considéran que la méconēssance é le mépri dē droi de l’ome on condui à dē-z acte de barbari qui révolte la concience de l’umanité é que l’avēnemen d’un mond où lē-z être-z umēn seron libre de parlé é de croir, libéré de la tēreur é de la misēr, a été proclamé come la plu hôt aspiracion de l’ome.

Considéran qu’il ē-t essenciel que lē droi de l’ome soi protégé par un régime de droi pour que l’ome ne soi pa contrēn, en suprême recour, à la révolte contre la tirani é l’opression.

Considéran qu’il ē-t essenciel d’encouragé le dévelopemen de relacion-z amical entre nacion.

Considéran que dan la Charte lē peuple dē Nacion-z Uni on proclamé à nouvo leur foi dan lē droi fondamento de l’ome, dan la dignité é la valeur de la pērsone umēne, dan l’égalité dē droi dē-z ome-z é dē fame, é qu’il se son déclaré résolu à favorisé le progrē social é à instoré de mēilleur condicion de vi dan-z une libērté plu grand.

Considéran que lē-z Éta Membre se son-t engagé à assuré, en coopéracion avec l’Organisacion dē Nacion-z Uni, le respē universēl é ēfēctif dē droi de l’ome é dē libērté fondamental.

Considéran qu’une concepcion comune de cē droi-z é libērté ē de la plu hôt importance pour remplir plēnemen cēt engagemen.

L’Assemblé général proclame la présent Déclaracion universēl dē droi de l’ome come l’idéal comun à atindre par tou lē peuple-z é tout lē nacion afin que tou lē-z individu é tou lē-z organe de la société, ēyan cēt Déclaracion constamen-t à l’espri, s’ēforce, par l’ensēgnemen é l’éducacion, de dévelopé le respē de cē droi-z é libērté é d’en assuré, par dē mesur progrēssiv d’ordre nacional é internacional, la reconēssance é l’aplicacion universēl é ēfēctiv, tan parmi lē populacion dē-z Éta Membre eu-même que parmi cēl dē tēritoir placé sou leur juridiccion.

Article premié

Tou lē-z être umēn nēs libre-z é égo en dignité é en droi. Il son doué de rēson é de concience é doiv-t agir lē-z un envēr lē-z otre dan-z un ēspri de fratērnité.

Article 2

1. Chacun peu se prévaloir de tou lē droi é de tout lē libērté proclamé dan la présent Déclaracion, san distinccion ocune, notamen de race, de couleur, de sex, de lang, de religion, d’opinion politic ou de tout otre opinion, d’origine nacional ou social, de fortune, de nēssance ou de tout otre situacion.
2. De plu, il ne sera fē ocune distinccion fondé sur le statu politic, juridic ou internacional du pēi ou du tēritoir don-t une pērsone ē ressortissant, que ce pēi ou tēritoir soi-t indépendan, sou tutēl, non otonome ou soumi à une limitacion quelconc de souverēneté.

Article 3

Tou-t individu a droi à la vi, à la libērté é à la sureté de sa pērsone.

Article 4

Nul ne sera tenu en ēsclavage ni en sērvitude; l’ēsclavage é la trēt dē-z esclav son-t intērdi sou tout leur forme.

Article 5

Nul ne sera soumi à la tortur, ni à dē pēne ou trētemen cruēl, inumēn ou dégradan.

Article 6

Chacun a le droi à la reconēssance en tou lieu de sa pērsonalité juridic.

Article 7

Tous son-t égo devan la loi é on droi san distinccion à une égal protēccion de la loi. Tous ont droi à une protēccion égal contre tout discriminacion qui violerē la présent Déclaracion é contre tout provocacion à une tēl discriminacion.

Article 8

Tout pērsone a droi à un recour ēfēctif devan lē juridiccion nacional compétent contre lē-z acte violan lē droi fondamento qui lui son reconu par la constitucion ou par la loi.

Article 9

Nul ne peu-t être arbitrēremen arêté, détenu ou ēxilé.

Article 10

Tout pērsone a droi, en plēne égalité, à ce que sa côse soi-t entendu équitablemen é publiquemen par un tribunal indépendan é imparcial, qui décidera, soi de sē droi-z é obligacion, soi du biēn-fondé de tout acusacion en matiēr pénal dirigé contre ēl.

Article 11

1. Tout pērsone accusé d’un acte délictueu ē présumé inocent jusqu’à ce que sa culpabilité ē-t été légalemen établi o cour d’un procē public où tout lē garanti nécēssēr à sa défens lui oron-t été assuré.
2. Nul ne sera condané pour dē-z accion ou omission qui, o momen où ēl-z on-t été comise, ne constituē pa-z un acte délictueu d’aprē le droi nacional ou internacional. De même, il ne sera infligé ocune pēne plu forte que cēl qui étē-t aplicable o momen où l’acte délictueu a été comi.

Article 12

Nul ne sera l’objē d’imixcion arbitrēr dan sa vi privé, sa famille, son domicil ou sa corēspondance, ni d’atint à son honeur é à sa réputacion. Tout pērsone a droi à la protēccion de la loi contre de tēl-z imixcion ou de tel-z atint.

Article 13

1. Tout pērsone a le droi de circulé libremen é de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Éta.
2. Tout pērsone a le droi de quité tou pēi, y compri le sien, é de revenir dan son pēi.

Article 14

1. Devan la persécucion, tout pērsone a le droi de cherché asil é de bénéficié de l’asil en d’otre pēi.
2. Ce droi ne peu-t être invoqué dan le ca de poursuit réēlemen fondé sur un crime de droi comun ou sur dē-z agissemen contrēr-z o bu-z é o princip dē Nacion-z Uni.

Article 15

1. Tout individu a droi à une nacionalité.
2. Nul ne peu-t être arbitrēremen privé de sa nacionalité, ni du droi de changé de nacionalité.

Article 16

1. À partir de l’âge nubil, l’ome é la fame, san-z ocune restriccion quan-t à la race, la nacionalité ou la religion, on le droi de se marié é de fondé une famille. Il-z on dē droi-z égo o regar du mariage, duran le mariage é lor de sa dissolucion.
2. Le mariage ne peu-t être conclu qu’avec le libre é plēn consentemen dē futur-z épou.
3. La famille ē l’élémen naturel é fondamental de la société é a droi à la protēccion de la société é de l’Éta.

Article 17

1. Tout pērsone, ossi biēn seul qu’en colēctivité, a droi à la propriété.
2. Nul ne peu-t être arbitrēremen privé de sa propriété.

Article 18

Tout pērsone a droi à la libērté de pensé, de conscience é de religion ; ce droi implic la libērté de changé de religion ou de conviccion ēnsi que la libērté de manifesté sa religion ou sa conviccion seul ou en comun, tan en public qu’en privé, par l’ensēgnemen, lē pratic, le culte é l’acomplissemen dē rit.

Article 19

Tou-t individu a droi à la libērté d’opinion é d’ēxprēssion, ce qui implic le droi de ne pa-z être inquiété pour sē-z opinion é celui de cherché, de recevoir é de répandre, san considéracion de frontiēr, lē-z informacion é lē-z idé par quelque moyēn d’ēxprēssion que ce soi.

Article 20

1. Tout pērsone a droi à la libērté de réunion é d’associacion pacific.
2. Nul ne peu-t être obligé de fēr parti d’une associacion.

Article 21

1. Tout pērsone a le droi de prendre par à la dirēccion dē-z affēr public de son pēi, soi directemen, soi par l’intermédiēr de représentan libremen choisi.
2. Tout pērsone a droi à accédé, dan dē condicion d’égalité, o fonccion public de son pēi.
3. La volonté du peuple ē le fondemen de l’otorité dē pouvoir public ; cēt volonté doi s’exprimé par dē-z élēccion honêt qui doiv avoir lieu périodiquemen, o sufrage universēl égal é o vot secrē ou suivan une procédur équivalent assuran la libērté du vot.

Article 22

Tout pērsone, en tan que membre de la société, a droi à la sécurité social ; ēl ē fondé à obtenir la satisfaccion dē droi-z économic, socio é culturel indispensable à sa dignité é o libre dévelopemen de sa pērsonalité, grâce à l’ēfor nacional é à la coopéracion internacional, cont tenu de l’organisacion é dē ressource de chac pēi.

Article 23

1. Tout pērsone a droi o travail, o libre choi de son travail, à dē condicion équitable é satisfesant de travail é à la protēccion contre le chômage.
2. Tous ont droi, san-z ocune discriminacion, à un salēr égal pour un travail égal.
3. Quiconc travail a droi à une rémunéracion équitable é satisfesant lui assuran ēnsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité umēne é complété, s’il y a lieu, par tou-z otre moyēn de protēccion social.
4. Tout pērsone a le droi de fondé avec d’otre dē sindica é de s’afilié à dē sindica pour la défens de sē-z intérē.

Article 24

Tout pērsone a droi o repo é o loisir é notamen à une limitacion rēsonable de la duré du travail é à dē congé pēyé périodic.

Article 25

1. Tout pērsone a droi à un nivo de vie sufisan pour assuré sa santé, son biēn-être é ceu de sa famille, notamen pour l’alimentacion, l’habillemen, le logemen, lē soin médico ēnsi que pour lē service socio nécēssēr ; ēl a droi à la sécurité en ca de chômage, de maladi, d’invalidité, de veuvage, de viēillēs ou dan lē-z otre ca de perte de sē moyēn de subsistance par suite de circonstance indépendant de sa volonté.
2. La matērnité é l’enfance on droi à une ēd é à une assistance spécial. Tous lē-z enfan, qu’il soi né dan le mariage ou hor mariage, jouis de la même protēccion social.

Article 26

1. Tout pērsone a droi à l’éducacion. L’éducacion doi-t être gratuit, o moin en ce qui concērne l’ensēgnemen élémenēr é fondamental. L’ensēgnemen élémentēr ē-t obligatoir. L’ensēgnemen tecnic é profēssionēl doi-t être généralisé ; l’accē o-z étud supérieur doi-t être ouvēr en plēne égalité à tous en fonccion de leur mérit.
2. L’éducacion doi visé o plēn épanouissemen de la pērsonalité umēne é o renforcemen du respect dē droi de l’ome é dē libērté fondamental. Ēl doi favorisé la compréension, la tolérance é l’amitié entre tout lē nacion é tou lē group racio ou religieu, ēnsi que le dévelopemen dē-z activité dē Nacion-z Uni pour le mēntiēn de la pē.
3. Lē paren ont, par priorité, le droi de choisir le genre d’éducacion à doné à leur-z enfan.

Article 27

1. Tout pērsone a le droi de prendre par libremen à la vi culturēl de la comunoté, de jouir dē-z ar é de participé o progrē cienific é o biēnfē qui en résulte.
2. Chacun a droi à la protēccion dē-z intérē moro é matériēl découlan de tout produccion cienific, litérēr ou artistic don-t il ē l’oteur.

Article 28

Tout pērsone a droi à ce que rēgne, sur le plan social é sur le plan internacional, un ordre tēl que lē droi-z é libērté énoncé dan la présent Déclaracion puis y trouvé plēn ēfē.

Article 29

1. L’individu a dē devoir enver la comunoté dan laquēl seul le libre é plēn dévelopemen de sa pērsonalité ē possible.
2. Dan l’exercice de sē droi é dan la jouissance de sē libērté, chacun n’ē soumi qu’o limitacion-z établi par la loi exclusivemen en vu d’assuré la reconēssance é le respect dē droi-z é libērté d’otrui é afin de satisfēr o just-z exigence de la moral, de l’ordre public é du biēn-être général dan-z une société démocratic.
3. Cē droi-z é libērté ne pouron, en ocun cas, s’exercé contrēremen o bu é o princip dē Nacion-z Uni.

Article 30

Ocune disposicion de la présent Déclaracion ne peu-t être interprété come implican pour un Éta, un groupemen ou un individu un droi quelconc de se livré à une activité ou d’acomplir un acte visan à la dēstruccion dē droi-z é libērté qui y son-t énoncé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *