Regrettée lingua franca

On peut regretter la disparition de la lingua franca méditéranéenne, parfois aussi appelée « langue franque », pidgin à base lexicale romane et, semble-t-il, surtout italienne,  en usage dans le bassin méditerranéen du Moyen-Âge jusqu’au 19e siècle. Peut-être que si elle était toujours en usage, cette langue à la grammaire simple et malléable donnerait ce choix de la lingua franca dont je parlais dans mon article précédent. Si cette lingua franca méditéranéenne existait encore, simple à apprendre et ancrée dans l’histoire, elle serait une solution de rechange de choix (à moins qu’elle ait pu se maintenir comme principale langue véhiculaire de la région).

Celle-ci ressemble d’ailleurs finalement assez à plusieurs langues auxiliaires construites au 20e siècle, dont l’espéranto, mais aussi à l’interlingua ou à l’interlingue/occidental, qui se fondent aussi sur un vocabulaire assez latin, combiné à une grammaire régulière (sans nier leurs différences grammaticales ou leurs influences particulières). Il est d’ailleurs amusant de constater finalement que malgré les querelles qui ont agité le monde des langues auxiliaires à une époque, les différentes langues proposées n’étaient finalement pas radicalement différentes les unes des autres… Qu’on le veuille ou non, la latinité reste une base assez répandue en matière de vocabulaire, y compris dans de nombreuses langues non romanes. À mon sens, cette remarque vient plutôt légitimer les langues construites dans cette tradition, qui peuvent prétendre reprendre le flambeau d’une certaine histoire.

2 commentaires

  1. Et que penses-tu de a lingwa de planeta?

    • Je n’ai que quelques connaissances de base sur cette langue. Je n’ai donc pas d’avis bien informé. Ça m’a l’air plutôt bien construit au premier abord. Qu’en penses-tu de ton côté?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *